top of page
  • Photo du rédacteurPatrice Caramalli

Les fondamentaux en architecture d'intérieur.

Dernière mise à jour : 3 juil. 2023


Distribution des volumes dans un habitat contemporain. Salon d'hiver qui donne sur l'extérieur. Canapé en L orienté vers l'extérieur et une baie coulissante qui prend la largeur du mur de la maison.
Habitat contemporain - Distribution des volumes.


LES FONDAMENTAUX EN ARCHITECTURE D'INTÉRIEUR :


En matière d’organisation de la maison il semble utile de rappeler quelques principes élémentaires dont le respect constitue la base de toute réflexion relevant de l’aménagement d’un logement.

J’appellerai ces principes : les fondamentaux en architecture d'intérieur.

Je définirai ceux ci comme étant les caractères incontournables d’une habitation bien pensée.


La distribution des volumes et nos modes de vie actuels :


En tout premier lieu, une exploitation rationnelle des surfaces qui se traduit notamment par :

  • Peu de mètres carrés dédiés aux zones de circulation (hall d’entrée entrée, couloirs interminables) ceci est rendu possible par une meilleure distribution intérieure.

  • Inversement plus de superficie en faveur des espaces de vie.

En second lieu la prise en charge de l’évolution de nos modes de vie caractérisés par :

  • un salon généreux où la télévision règne en maître.

Cette pièce est le grand bénéficiaire de cette évolution au détriment de la salle-à- manger. (autour d’une table il faut un quart de mètre carré pour une chaise et près d’un mètre carré pour un fauteuil confortable).

  • une cuisine presque toujours intégrée, aujourd’hui, à l’espace de vie.

On peut regretter cette évolution et ce d’autant plus que : paradoxe, les appareils électroniques et ménagers sont de plus en plus nombreux et encombrants.

  • des chambres parentales confrontées au même dilemme : le traditionnel “lit matrimonial” mesurait 140x190 cm.

Au cours des 30 dernières années les français ont gagné entre 3 et 4 cm

Ils ont aussi gagné une taille dans leurs vêtements.

Le lit le plus vendu est désormais un 160x200 !!!

Songeons que bien des appartements construits il y a seulement un siècle en étaient dépourvus.


Enfin l’actuelle généralisation du télétravail qui s’ajoute à l’inflation des documents administratifs à classer exige un espace nouveau.


Superficie des logements aujourd'hui :


Parallèlement la superficie des logements ne cesse de se réduire notamment en raison de l’explosion du prix des terrains à bâtir et de celui du coût de construction (indice 100 en 1953, 2052 fin 2022).

Vivre plus confortablement dans un espace plus mesuré constitue le véritable défi que doit relever l’architecte d’intérieur.


Se poser les bonnes questions :


Gagner ce pari exige principalement :

  • Une analyse lucide des besoins des occupants.

  • Une certaine audace créative.

  • Pour mener à bien cette tâche exigeante l’architecte d’intérieur est le plus souvent amené à repenser la distribution des pièces.

Se posent alors des questions qui concernent la structure même de l’immeuble (appartement ou maison individuelle) comme la question de l’évacuation des eaux usées ou celle des murs parfois porteurs qu’il y aurait bénéfice à supprimer ou à tout le moins ouvrir.


Ces opérations, en même temps qu’elles peuvent se révéler exigeantes pour le budget-travaux sont de nature à “remettre à l’endroit” un logement qui se présente “à l’envers” *

Il y a alors pour le propriétaire un véritable bénéfice, une valeur ajoutée liée au respect de ces “fondamentaux” qu’il ne soupçonnait souvent pas avant l’étude du projet.


La justesse de celui-ci devient alors sa vertu cardinale car il n’est pas question ici de “décoration” mais bien de proposer un habitat adapté aux exigences de la vie d’aujourd’hui.


*Cette formule semble excessive, sa justesse se vérifie pourtant bien plus souvent qu’on ne l’imagine.


Légitimité de l'architecte d'intérieur :


L'architecte d'intérieur modifie les volumes (démolition des murs - changement des ouvertures...) alors que le décorateur d'intérieur intervient principalement dans la décoration.

L'architecte d'intérieur a obligation de souscrire à une assurance responsabilité civile ainsi qu'une garantie décennale.

 

Cette analyse fait l'objet d'une réflexion et d'un constat que nous avons fait avec mon père Patrice Caramalli - Je le remercie infiniment pour cette synthèse.



Crédit photos : planete-deco.fr - Editions de l'Arkhan

Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page